NOS PROJETS

Pour plus de renseignements sur nos projets, nous restons à votre disposition par mail à  , ou par téléphone au 01.53.38.59.30.


Cordia Conseil : Création d'un logiciel d'aide à la décision dans le cadre de la prévention des expulsions locatives

1. Contexte et objectifs

Depuis 1991, l’Association Cordia accompagne au sein de ses Appartements de Coordination Thérapeutique (A.C.T), en Maison d’Accueil Spécialisée (M.A.S) et en Lits Halte Soins Santé (LHSS) des personnes désocialisées et atteintes de pathologies chroniques et invalidantes. Forte de son expérience, Cordia développe depuis mai 2015 ses activités en proposant des expertises pluridisciplinaires et du conseil auprès des locataires repérés en difficulté dans leur logement (dispositif Cordia Conseil). La France compte 127 000 expulsions par an. (Rapport mal logement – Emmaüs 2016). Le coût moyen direct et indirect d’une expulsion entre 20 000€ et 50 000€ si présence d’enfants (source CNAFAL).

La méthode présentée vise à éviter au moins 30% des expulsions en mettant en œuvre un accompagnement dès le 2ème mois d’impayé de locataires en difficultés financière et sociale pouvant présenter des troubles de santé mentale et de comportement.

2. Points de vigilance ou difficultés rencontrées et la façon dont elles ont été surmontées 

Diagnostic de la situation et définition de l’accompagnement à mettre en œuvre : L’équipe pluridisciplinaire (soins-psy-social) de Cordia identifient les causes conjoncturelles et/ou structurelles, évaluent les risques et préconisent une série d’actions co-construites avec le locataire. Pour y parvenir un outil d’aide à la décision (ACX - Outil développé pour l’instant sous Excel  avec des élèves volontaires de l’école Polytechnique via Probono) est utilisé.  En moyenne Cordia Conseil réalise 6 entretiens de 45 min/1h répartis sur 4 à 6 mois. Lors du dernier entretien avec le locataire, un projet personnalisé est rédigé. Il sert de feuille de route des actions à mettre en œuvre.

 

Etayage dans la démarche de résolution de la problématique :Au fil du travail engagé, l’association délivre aux professionnels bailleurs, des préconisations pour la résolution de la problématique faisant l’objet de l’intervention mais également pour d’autres situations similaires auxquelles ils pourraient être confrontés ultérieurement.

Un rapport final est transmis, reprenant : le déroulé des actions menées, la composition familiale et situation sociale, l’analyse des visites, le repérage argumenté des risques et, les préconisations -> Soutien et repérage des partenaires du territoire pour aider à la réalisation.


3. Eléments-clés de réussite


Sont pris en compte : L’approche tri-dimensionnelle : soins-psy-social, couplée à l’adhésion du locataire objectivée par le principe de co-construction et avec une posture choisie de le positionner en tant qu’expert du projet à réaliser.

 

4. Résultats et éléments d'évaluation


Cette démarche très pragmatique : un bailleur + un locataire + une équipe « tiers » évoluent ensemble pour élaborer une série de réponses aux besoins repérés. L’approche méthodologique sous forme de gestion de projet facilite la visibilité partagée du travail à réaliser. Sur 32 foyers le taux de maintien dans le logement s’élève à 90% - 54% reprennent le paiement du loyer et 0,9% apurent la dette. Ces résultats sont encourageants mais insuffisants pour en tirer un principe



Pour plus de renseignements, pour nous soutenir dans cette démarche de création, Mr Cousineau Jean-Luc, Directeur de l'association, se tient à votre écoute au 01.84.17.72.57.


Ouverture en FEVRIER 2017 - "La Vie là" : Appartements de Coordination Thérapeutique à orientation fin de vie

Aujourd’hui, les progrès de la médecine permettent de prolonger la durée de la vie, la conséquence inéluctable se traduit par une augmentation exponentielle du nombre de personnes concernées par les soins palliatifs. Tout le monde sera touché de près ou de loin. En France l’alternative repose surtout sur l’hospitalisation ou sur les soins à domicile. Un processus intermédiaire reste à imaginer aussi pour les personnes désocialisées.

Lorsque le médecin décide faute de solution d’arrêter les traitements curatifs, la fin de la vie n’est pas immédiate. Ce temps intermédiaire peut être vécu le mieux possible, il existe des solutions. Dans un contexte de crise économique complexe, cette note a pour objectif de vous présenter une réponse possible et éthique au traitement de la fin de vie des personnes souvent seules et sans ressources, accompagnée d’une hypothèse de financement.

Le modèle imaginé par l'association

Le dispositif imaginé concerne « CORDIA Paris ». La villa actuelle d’une capacité de 6 studios avec salon, salle à manger et cuisine aménagée serait dédiée à l’accueil de personnes sans traitement curatifs au profil « A.C.T » (désocialisées – atteintes de maladies chroniques invalidantes).

Nous proposons ainsi l’adaptation du décret n° 2002-1227 du 3 octobre 2002 (J.O du 4 octobre) précisant le fonctionnement des appartements de coordination thérapeutiques. En effet, les appartements de coordination thérapeutique offrent à la fois une coordination médicale et psychosociale nécessaires à la réalisation du projet.

Objectifs opérationnels

  • Apporter une réponse d’hébergement, de soins, de nursing et d’accompagnement pour les personnes atteintes de pathologies graves,
  • Offrir aux personnes un lieu d’habitation collectif les associant à la vie de la maison au quotidien,
  • Aider et soutenir la personne dans ce qu’elle vit et dans la façon dont elle le vit,
  • Permettre des échanges pour aider au cheminement dans la connaissance de sa maladie,
  • Permettre un accompagnement de la personne dans sa globalité en lien avec un projet d’accompagnement personnalisé,
  • Offrir une possibilité de repas pour les proches des résidents,
  • Associer la personne aux décisions (Loi 2 janvier 2002),
  • Assurer la continuité des soins, la proximité et la réactivité adaptée à des soins optimums.

Conclusion

Ce projet permettra également la création d’emplois supplémentaires. Il n’y a pas de dispositif supplémentaire, simplement l’aménagement d’un principe existant.

Il est résolument porteur de sens à la fois humain et politique. Il implique une responsabilité collective face à une nécessité sociétale. Il vise d’une manière, pratico-pratique à limiter l’engorgement hospitalier, à améliorer le traitement des personnes malades en gardant la dignité d’une société humaine qui se respecte. 

De manière générale, comment une société qui se dit être civilisée peut-elle exclure ou feindre d’ignorer les plus vulnérables sans tenter de penser à des solutions alternatives qui permettraient une prise en charge humaine, digne et responsable ?

Les  A.C.T sont sans aucun doute une des réponses possibles. A la fois simple et rapide, cette idée évite d’empiler un autre dispositif. Notre démarche offre un modèle innovant en matière de santé et d’action sociale pratique pour l’ensemble des citoyens de notre pays concernés.

Le chantier de réhabilitation de la Villa Amédée est actuellement en cours. L'ouverture de "La Vie là" est prévue pour janvier 2017.


________________________________________________________________________________


CORDIA TRAVAILLE SUR LE PROJET :

« OPTIMISATION METHODOLOGIQUE DU MODELE D’ACCOMPAGNEMENT MEDICO-PSYCHOSOCIAL A PARTIR DU REPERAGE DES RESSOURCES MISES EN ŒUVRE PAR LES PERSONNES ACCUEILLIES EN SITUATION DE SURVIE (A LA RUE) »

Le repérage des ressources mises en œuvre par la personne accueillie permet de travailler, avec la personne, à une élaboration co-construite de son projet de vie. Pour y parvenir les professionnels visent l’amélioration du diagnostic initial (social / psychologique/médical) à l’entrée des résidents en vue d’une élaboration adéquate du projet personnalisé. Au-delà de cet objectif, il s’agit alors d’optimiser le séjour des résidents en ACT. Le dispositif ACT vise en effet à la réinsertion du public accueilli impliquant donc, pour les équipes, de travailler sur la sortie.

Contexte du projet

L’association Cordia participe à l’évolution du modèle d’aide à l’intégration sociale en conceptualisant avec des chercheurs du CNAM, les hypothèses de travail engagées par les professionnels et les résidents considérés comme experts. Une telle conceptualisation tend alors à l’acquisition de l’autonomie par le biais d’outils et d’actions propres au « résident expert » que ce dernier aura, au préalable puis, au cours de son séjour, identifiés.

Ce projet a débuté en février 2014. Il en est à ce jour à sa phase de lancement.

Public cible du projet

Personnes adultes, hommes et femmes, de 18 à 60 ans, atteintes de pathologies chroniques invalidantes reconnues ALD, dont au premier chef, le VIH, et en situation de grande précarité (personnes désocialisées et à revenus faibles).

PROJET LITTÉRATURE : RÉDACTION & PUBLICATION D'UN "LIVRE-TÉMOIGNAGES"

"La littérature, l'écriture : un pas vers l'autonomie"

Cette action à pour but de permettre à des résidents malades et désocialisés d'accepter leur maladie, et de pouvoir engager un processus de redémarrage vers l’autonomie.

Le résident désireux de partager son expérience, décrira, dans le cadre d’une série d’entretiens, sa maladie et les effets sur son corps, sur sa vie, son mental en évoquant les thèmes :

  • à qui en parler ?
  • suis-je reconnu en tant que personne ?
  • et qu’est-ce que je suis en tant que malade ?

Cette démarche vise la publication d’un livre de témoignages, permettant un encouragement fort des auteurs ("je l’ai fait") et un encouragement à la stimulation des lecteurs concernés ("ils l’ont fait, pourquoi pas moi ?")

Sa publication est envisagée pour décembre 2015.

Une telle publication étant coûteuse, nous faisons appel à votre soutien et à votre générosité :


Haut de page