Stop à l’expulsion !

L’association Cordia apporte sa contribution sur la plateforme mise en place par le Sénat , en vue du futur projet de loi sur le logement : http://conferenceconsensuslogement.senat.fr/6/

L’association Cordia apporte sa contribution sur la plateforme mise en place par le Sénat , en vue du futur projet de loi sur le logement : http://conferenceconsensuslogement.senat.fr/6/ Le contexte.

Le public concerné par l’expulsion a un profil de plus en plus complexe (pathologies multiples – problématiques sociales lourdes avec des troubles psychiatriques de plus en plus avérés), l’association Cordia mise sur une approche préventive et utilise un outil d’aide à la décision pour renforcer, en même temps, un travail pluridisciplinaire et le pouvoir d’agir des personnes concernées.

Notre expérience.

Depuis 2016, l’équipe pluridisciplinaire (soignants, travailleur sociaux, psychologues) de l’association médico-sociale Cordia repère puis hiérarchise les besoins du locataire en intégrant une variation du poids de celui-ci en fonction du temps qui passe. Le nombre de besoins étant important, l’idée est de répondre à la question : « par quoi commençons-nous pour éviter l’expulsion ?». A partir de ce repérage, la personne participe aussi aux choix en donnant son avis sur l’importance de chaque besoin et sur les moyens proposés pour les résoudre. Les données accessibles sur notre plateforme numérique 24h/24 favorisent ainsi la construction d’une feuille de route partagée avec le bailleur et le locataire. Cette forme d’accompagnement positionne la personne en tant qu’experte d’elle-même. En effet lorsqu’elle propose un poids à son besoin, collabore à la recherche de moyens, compare son avis à celui du professionnel, elle commence à s’affranchir de la galère. « Dans l’idée de s’affranchir, il y a l’idée de « franchir un obstacle ». L’activité menée reste pragmatique. Sur les 52 ménages accompagnés 20 ont repris le paiement du loyer et 3 ont commencé à épurer la dette. Ces chiffres encourageants démontrent l’importance de l’action préventive et pour 30% des personnes concernées il nous semble utile d’être des « révélateurs » de capacités bien souvent enfouies par une histoire de vie chaotique. Notre proposition, l’intervention d’une équipe pluridisciplinaire coute 5000€ par ménage. 7 à 8 rencontres de 45 minutes en moyenne chez la personne sont nécessaires. Nous proposons que cette dépense soit assurée à la fois par le bailleur – la collectivité et par le locataire via un modèle d’assurance. Sur 126 000 expulsions par an avec un cout moyen fixé à 22 000€ (sans compter l’enfant placé à l’ASE) la collectivité – le bailleur dépensent 2 772 000 000€. Si nous pouvons éviter l’expulsion de 30% de la population concernée, l’économie de 831 600 000€ – 189 000 000€ s’élève à 642 600 000€.